D'autant que la crête ne fait pas le moine ni l'habit le punk et qu'il y a bien trop à vivre là maintenant. Alors tous à vos ordis, faites péter les décibelles visuelles. Le voyage c'est comme le rock : c'est tout à fond!

Ici Pérou, à vous Paris!!!



N.B. : en cliquant sur la première photo d'un article, la série s'affiche en grand à l'écran.

jeudi 26 avril 2018

Santiago, Valparaíso et plage Las Docas - Chili, Regiones de Santiago y Valparaíso, mars 2018


Dernière escale avant le retour en Bolivie : Santiago, où on a pris 3 jours de battement entre le vol de Punta Arenas et celui à Iquique, afin d'aller rendre visite à Valparaíso et la côte pacifique. A Luis aussi, un vieil ami chilien connu à Montpellier en 2000 et pas revu depuis. Et retrouver des températures estivales. À ces latitudes, il fait encore chaud à la fin de l'été et on a bien envie d'en profiter quelques jours après la Patagonie et avant de remonter dans nos montagnes, à 3500 mètres d'altitude. 

Camping sauvage à la plage pour clore ce voyage à l'arrache et boucler la boucle en beauté. Sauvage, notre marque de fabrique? C'est du moins celle de mon tabac à rouler sans additif chimique. Mon côté écolo militant. 45 minutes en colectivo pour sortir de Valparaíso et 30 supplémentaires en stop de Laguna Verde jusqu'à la crique Las Docas, non desservie, où il est apparemment possible de planter la tente sans se faire déloger. On y arrive en 2 fois, mais sans attendre 10 minutes chacun des 2 véhicules. J'aime bien faire du stop avec Stef c'est sympa, sauf quand j'ai pas le temps de finir ma cigarette qu'une voiture s'est déjà arrêtée. A pied avec les gros sacs à dos, l'eau et la bouffe, on serait arrivés de nuit. Alors on savoure notre chance persistante et la lumière du jour tombant sur la mer. Nos chips, nos cahuètes et une dernière bouteille de vin chilien aussi. Puis nos pâtes de toujours au camping-gaz, et le repos bercé par les vagues enfin. Repos pacifié par des vagues pas pacifiques du tout et un océan qui porte résolument mal son nom. Allez comprendre.



Santiago.









































































Valparaíso.

















































































































































































































En route pour Las Docas.






































Fini la Patagonie, sur la plage y'a plus d'pingouins. Alors on fait les punks à chiens.




















































C'était la 99ème et dernière de Radiopikpik. Rien ne dit qu'elle verra le siècle suivant. Mais rien ne dit le contraire non plus. Dans tous les cas, elle aura fait son temps. 
Et vogue la galère.


Ici la Bolivie, à vous Paris!!!